Mauvaises habitudes

01-61-Drien-verite-interieure[1]

Fredonner sans cesse le même refrain, c’est une de mes mauvaise habitudes, tête baissée l’esprit clairement ailleurs, c’est un des moyens d’abrutissement que j’ai trouvé quand ma cervelle s’emballe…

 Une autre habitude, moins mauvaise cela dit, c’est de venir sur ce coin de noirceur virtuel décharger ces émotions qui me débordent…

 Les  trapèzes qui contractent, ca c’est dans le classement des mauvaises habitudes, signe de la colère latente, de la colère qui veut s’exprimer. Il suffit que je ferme les yeux un instant ou même que je laisse aller mon esprit errer comme il le souhaite pour sentir le mouvement que voudrait produire mon corps.

 Un mouvement ondulatoire, pur, simplement puissant, tout bonnement dévastateur. Plier a peine les genoux, rentrer le ventre laisser le torse tranquille, puis envoyer plein fer le plexus vers l’avant sans modifier la position du reste du corps, dérouler l’épaule, puis le coude et fermer le poing à l’impact. Le coup de la serviette dans la salle de bain version poing dans ta gueule…

 Mauvaise habitude de vouloir espionner, savoir ce qui se cache et déplaisante habitude de voir que les façons d’agir ne change pas, un homme ne change que ses promesses pas son comportement.

Il y’a peu de temps une pédagogue me disait que le pire dans l’éducation était l’injustice, cela ne marche pas qu’avec les gosses. Et ce soir, je pianote comme un con pour faire sortir ma colère afin qu’elle ne me ronge pas…

 Amusant, parce qu’hier en sorti du cours un de mes élèves me demande à me parler en privé. Il me dit qu’il n’arrive pas à gérer ses montées de colères, il me dit qu’il ne supporte plus sa femme, qu’il veut la boxer… Petit voyage dans le passé, l’image du couteau planter dans le plâtre, du sang sur le banc, de la javel que nous avons passé moi et ma sœur pour effacer les traces, le sourire ignare que nous faisions quand nous avons fait un cœur autour du trou laissé par le couteau dans le plâtre…

Que dire à cet homme alors que moi ado, je mourrais d’envie de boxer la tête de ma propre mère, cette femme que l’alcool transformait en cauchemar, comment lui donner des conseils quand j’imaginais qu’il serait mieux de contracter les pecs, les trapèzes et serrer les mains autour de sa putain de gorge…

 Haine, rancœur, violence, faim, alcoolisme, déchéance humaine ont été les compagnons de mon enfance et tous incarnés par ma propre mère… Comment ne pas imaginer sa femme à lui qu’il me décrit si semblable à ma mère… Elle lui crache dessus, lui file des coups de pieds dans le dos quand il veut fuir le conflit, elle le gifle devant ses enfants… Femme ou pas femme comment ne pas prendre de putain de mauvaises habitudes…

 Et ce soir, comme un con, je ne regarde pas là où il faut et je ne trouve pas ce qu’il faudrait… Et les pecs qui contractent direct, les phalanges qui démange… Pfff j’aurais pas dû défaire mon sac de frappe…

 Alors music à fond je chante, je m’abruti et je déverse ma haine, ma colère ici, et ma peine tellement aussi…

 

Jack Corbeau,
Guerrier Bersek.

Image de prévisualisation YouTube

0 commentaires à “Mauvaises habitudes”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Jack Corbeau Sauvage

Jack Corbeau Sauvage

Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

une maman a Istanbul |
Monologue : abia avec son... |
tireuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma boîte à émotions
| Journal de la Bioénergie
| Uzap !